Accueil > Cérémonie de Mariage > Le mariage juif, comment ça se passe ?

Le mariage juif, comment ça se passe ?

Découvrons à travers ces quelques lignes les rituels d’un mariage juif. Une cérémonie qui allie l’amour entre deux êtres, leurs engagements mutuels et envers leur peuple.

Les préparatifs du mariage juif

Comme tout autre mariage, ce cérémonial nécessite des mois de préparation. Mais avant de pouvoir se marier selon les préceptes juifs, les futurs époux doivent le faire à la mairie. Ensuite, il leur est indispensable d’observer certaines règles. En outre, 3 mois à l’avance, le couple va se préparer mentalement, spirituellement et religieusement. La première étape est de contacter le rabbin et lui fournir les papiers nécessaires pour la cérémonie : extraits d’acte de naissance, acte de mariage religieux (ketuba) des parents, ainsi que le livret de famille de ces derniers. Le rabbin dispensera aux futurs mariés des enseignements sur la vie de couple, et les valeurs familiales : la Niddah. Au terme de ces cours, à la veille du grand jour, la future mariée se présentera au rituel du bain purificateur (Mikvé). Après quoi, on lui octroiera un certificat attestant sa purification, condition pour la conduite du mariage religieux juif. Il faut noter que les futurs époux doivent avant tout être de sang juif. Aussi, ce mariage traditionnel ne se célèbre pas le jour du sabbat et les jours de fête.

La cérémonie du mariage juif

Le jour J, les futurs mariés vont jeuner en signe de pardon pour leurs péchés antérieurs. Selon le cas, la cérémonie a lieu dans une synagogue, ou en plein air. Sous le dais nuptial (houpa), le rabbin invite le fiancé (Hatan) et toute l’assemblée à le rejoindre. À quelques mètres de là, la fiancée (Kala) attend que son conjoint la voile du tallith avant de la conduire sous le dais, symbolisant le nouveau foyer. Le premier moment crucial du mariage est lorsque l’homme passe l’anneau à l’index droit de la femme, symbole de leur union « éternelle ». Pour sceller l’acte, le rabbin offre une coupe de vin aux mariés, puis lit l’acte de mariage préalablement signé par deux témoins n’étant pas de la même famille que les mariés, et les mariés eux-mêmes. À la deuxième étape, le rabbin prononce les sept bénédictions (cheva bra’hot), puis leur offre de nouveau une coupe de vin. Le marié brise ensuite le verre du pied droit. Ce geste rappelant la destruction du Temple de Jérusalem met fin à la cérémonie religieuse. Pour les réjouissances, une réception est organisée, avec musique et danse, et s’achevant sur les séries de sept bénédictions et le classique « Mazel Tov » des invités.



Retrouvez toutes vos infos beauté sur Thalasso, info et guide thalasso cnil n°1167279  © Interactive Promotion